Educateur spécialisé ? Psychologue ? Neuropsychologue ? QUI CONSULTER ?

Allô ?

« Bonjour, je vous appelle mais je ne suis pas sûr.e que vous puissiez m’aider, j’ai hésité à téléphoner à un.e psychologue… »

Educateur spécialisé, psychologue, neuropsychologue : qui consulter ?

Quelque fois, certaines personnes hésitent à me contacter par peur de se tromper sur mon champ de compétences.

Je rédige donc aujourd’hui cet article pour vous rassurer si c’est votre cas, et vous donner quelques indications pour mieux repérer les différences entre les trois professions suivantes : éducateur spécialisé, psychologue et neuropsychologue.

En effet, ces trois métiers connaissent entre eux des similitudes mais ils ont aussi chacun des spécificités bien distinctes !

Par avance, ce post se veut volontairement synthétique et schématique.

Je vous recommande donc, si vous souhaitez approfondir le sujet, de vous renseigner sur les référentiels métiers en consultant les codes ROME correspondants : https://www.pole-emploi.fr/employeur/vos-recrutements/le-rome-et-les-fiches-metiers.html

Tout d’abord, un éducateur spécialisé a appris, au cours de sa formation, à distinguer les limites des compétences inhérentes à chaque profession. Le professionnel libéral que vous contactez doit donc être en mesure de vous indiquer d’emblée si votre problématique relève, ou non, de son accompagnement.

Je mets ainsi un point d’honneur, avant chaque premier rdv, à échanger avec vous par un entretien téléphonique dans lequel vous m’exposez clairement la situation qui vous amène jusqu’à moi.

Cet entretien me permet immédiatement de vérifier si un accompagnement éducatif peut vous aider dans les difficultés que vous traversez.

S’il s’avérait que ce ne soit pas le cas, pas de panique, je vous oriente aussitôt vers un professionnel de mon réseau, qu’il soit médecin, psychologue, neuropsychologue, orthophoniste, psychomotricien, ergothérapeute, kinésithérapeute, juriste ou encore avocat.

Attention, je ne garantis pour autant pas de place chez le praticien en question !

A noter que je reçois souvent des familles réorientées par les professionnels cités ci-dessus car ceux-ci ont identifié que la problématique rencontrée relevait plutôt du champ éducatif.

Educateur !

Je vous donne cependant quelques indications pour déterminer quel professionnel conviendrait le mieux à vos besoins :

 

Si votre enfant/adolescent :

Fait beaucoup de « crises » de colère

Rencontre des difficultés à respecter les règles de vie, à la maison ou à l’école/ au collège

Vous semble devenir « addict » aux écrans

Rechigne sans arrêt à faire ses devoirs

Ne veut plus aller à l’école ou au collège

Vous fait vivre un enfer au moment de l’heure du coucher

 Se dispute souvent avec son frère ou sa sœur

Remet en cause votre autorité ou celle de votre conjoint.e

 A une mauvaise image de lui-même, dit par exemple souvent de lui/elle qu’il/elle est nul.le

Refuse de diversifier son alimentation, vous paraît manger trop ou pas assez

A un TDAH ou un TSA diagnostiqués qui rendent son quotidien et le vôtre difficile

 

Si vous-même, parent :

Etes épuisé.e de cette situation

  • Désirez mieux comprendre le fonctionnement de votre enfant
  • Avez envie de recréer des liens positifs avec lui ou elle
  • Souhaitez mettre en place des outils concrets pour améliorer votre communication familiale

 

Alors : vous avez frappé à la bonne porte ! Je peux vous accompagner dans les difficultés que vous rencontrez.

Psychologue !

Voyons à présent quelques exemples de situations où je vous réorienterai probablement vers un.e psychologue – si votre enfant n’en a jamais consulté ou s’il.elle n’en consulte pas actuellement-

A savoir que cette dernière précision a tout son sens car, il m’arrive avec nombre de familles de travailler en collaboration avec le ou la psychologue qui suit déjà l’enfant. Nos champs d’action sont alors complémentaires.

 

Si votre enfant/adolescent :

A fait récemment une tentative de suicide

A des pensées suicidaires

Atteint à son intégrité corporelle, notamment par des scarifications

Consomme de la drogue et n’est pas suivi par un service spécialisé

A une phobie (hors phobie scolaire)

Refuse de s’alimenter ou se fait vomir après les repas

Vient de vivre un évènement marquant, soudain, brutal et particulièrement souffrant (agression, deuil, abandon d’un parent)

 

Si vous-même, parent :

Avez déjà une mesure d’assistance éducative pour votre enfant (placement en foyer ou MECS, placement à domicile ou SAPMF, AEMO) prononcée par le juge des enfants

Souffrez d’une pathologie psychique connue et non suivie (bipolarité, schizophrénie ou dépression importante)

 

Alors, je prends le temps de vous orienter vers la bonne personne !

Neuropsychologue !

Une petite clarification pour finir sur le rôle du neuropsychologue :

Si, en tant que parent, vous soupçonnez pour votre enfant/adolescent (ou qu’un professionnel vous interpelle à ce propos) :

Un Trouble de l’Attention avec Hyperactivité

Un Trouble du Spectre Autistique

Un retard dans les apprentissages

Une précocité dans les apprentissages

Le ou la neuropsychologue est habilité.e à tester votre enfant sur le plan cognitif grâce à des tests validés scientifiquement. Il ou elle vous adressera ensuite vers un.e neuropédiatre qui posera si nécessaire le diagnostic afférent.

 

En espérant avoir été suffisamment concise et claire, je vous souhaite une très belle fin de journée !

Retour